• Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

    Bonjour les amis,

    Mercredi 2 mai, après une arrivée à Potosi au milieu de la nuit, nous profitons de la chaleur de notre hôtel pour nous reposer et nous acclimater à l’altitude une bonne partie de la journée.

    Potosi est la ville de plus de 100 000 habitants la plus haute du monde avec une altitude de 4060m ! Eh bien, malgré que nous soyons à plus de 2500 m depuis le 22 avril, il faut avouer que la montée dans notre chambre au 1er étage est restée essoufflante toute la durée de notre séjour ;)

    En fin d’après-midi, nous avons été rejoints par Marion et Julien (rencontrés à San Pedro de Atacama au Chili) avec qui nous avons prévu de faire un bout de chemin.

    Jeudi 3 mai, nous partons à la découverte de la ravissante ville de Potosi.

    Au XVIème – XVIIème siècle, cette ville était une des plus prospères d’Amérique du Sud et comptait autant d’habitants que Paris ou Londres (à l’époque). Sa richesse était due à l’exploitation de mines d’argent, d’étain, de zinc … Durant cette période, plus de 80 églises ont été construites.

    Fin du petit cours d’histoire ;)

    Nous avons, avec Marion et Julien ainsi que Emilie et Hugo (avec qui ils ont traversé le sud Lipez), visité la cathédrale de Potosi. Ce monument est actuellement en travaux (depuis 7 ans, mais cela s’achève en décembre). Nous avons eu la chance d’avoir un guide très intéressant qui a su se mettre à notre niveau d’espagnol. Dans l’après-midi, nous avons visité le couvent carmélite de Sainte-Thérèse. De jeunes filles étaient envoyées ici moyennant une dot très conséquente de la part de leur famille pour qui c’était un honneur d’avoir un enfant dans un des couvents les plus renommés d’Amérique.

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

     

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La fin d’après-midi a été un peu tendue parce que des médecins (ou étudiants en médecine) manifestaient et menaçaient de bloquer l’entrée et la sortie de la ville. Potosi est aussi réputée pour ses blocus qui n’ont rien à voir avec ce qu’on peut connaître en France … On ne sait plus si on part dès le lendemain matin ou si on attend un peu pour pouvoir visiter une mine.

    Vendredi 4 mai, finalement, pas de blocus prévu pour la journée, on décide donc de ne quitter la ville que dans la soirée et de visiter une mine.

    En début d’après-midi, nous partons (avec Marion & Julien, Emilie & Hugo ont préféré rejoindre notre prochaine étape dès le matin) pour une aventure unique.

    Nous commençons par nous arrêter prendre l’équipement de rigueur d’un mineur en herbe : veste et pantalon étanches, bottes, casque et lampe.

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

    Nous faisons ensuite un arrêt au marché des mineurs. La tradition veut que les touristes achètent quelques présents à remettre aux mineurs croisés durant l’expédition : barre de dynamite (:-( ), jus de fruit, feuilles de coca ou alcool à 96° (à boire, SVP) ! Au fond du gouffre, les hommes ne mangent rien et ne tiennent qu’en mâchant inlassablement des feuilles de coca ce qui leur permet de ne plus ressentir l’épuisement d’une telle tâche. Nous visitons ensuite une usine de traitement des roches. Ici, la pierre est broyée, tamisée, lavée dans différents bains jusqu’à obtenir de l’argent pur. Les différents produits chimiques nécessaires à ce traitement (cyanure entre autres) sont à la fin directement reversés dans la nature …

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

    Enfin, nous pénétrons dans l’antre de la bête ! Ici, c’est Germinal ! Les couloirs sont très étroits, des wagonnets chargés de plusieurs centaines de kilos de roche circulent. La chaleur est de plus en plus étouffante, on sent à travers nos bandanas les poussières irritantes. Après près d’une demi-heure de marche (environ 500m), nous faisons une pause durant laquelle notre guide nous donne quelques explications sur les conditions de vie des mineurs : ici, pas de jour férié ou de 35h, le salaire dépend entièrement de la quantité de roche remontée à la surface ! Un mineur ne s’arrête de travailler que lorsqu’il a obtenu la quantité de pierre de la journée (que cela fasse 8h ou 12h qu’il est sur le terrain). Des enfants à partir de 10-12 ans (c’est interdit, mais ils sont avec leur père…) travaillent ici. L’espérance de vie d’un mineur est de 45 ans contre 75-80 ans dans la moyenne bolivienne. Notre guide nous propose de continuer à progresser à travers des couloirs plus étroits et plus chauds ainsi que de descendre le long d’une échelle à 60m de profondeur. Nous préférons faire demi-tour (avec un autre guide) et laisser Marion et Julien s’enfoncer plus profondément en enfer. Sur le chemin du retour, nous faisons connaissance d’El Tio : le personnage légendaire des mines. En tant que catholiques, les mineurs croient autant en Dieu qu’au Diable et la mine est bien proche de l’Enfer. Ils font donc de nombreuses offrandes à El Tio pour lui demander sa bienveillance.

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractèrePotosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractèrePotosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

     

     

     

     

     

     

    Nous retrouvons la lumière du jour et l’air «pur» après presque 1h30 au centre de la Terre.

    Nous prenons un taxi en fin d’après-midi et rejoignons Sucre à 3h de route dans la soirée, contents d’avoir vécus cette expérience hors du commun.

    Samedi 5 mai, nous retrouvons Emilie & Hugo et c’est à 6 que nous allons passer la prochaine semaine.

    Après un super petit-déjeuner sur la place principale de Sucre, nous partons à la découverte d’une des plus belles villes de Bolivie. Nous montons d’abord à un mirador qui surplombe toute la ville ; on comprend mieux le surnom de ville blanche ;)

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

    Puis nous redescendons tranquillement déjeuner avant de visiter la Casa de la Libertad. Nous avons la chance d’avoir une visite guidée en français par une femme passionnée par sa ville et son histoire. C’est ici que la déclaration d’indépendance de la Bolivie a été signée en 1825 après 15 ans de lutte acharnée. Tous les pays d’Amérique du Sud ont profité de l’impulsion bolivienne pour obtenir leur indépendance durant ce laps de temps. Sucre est encore la capitale constitutionnelle du pays même si le siège du gouvernement et des finances se situe à La Paz.

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

    On profite d’une Alliance Française près de notre hôtel pour s’offrir (à prix léger) un des meilleurs dîners du voyage (avec surtout un très bon vin bolivien ;)).

    Dimanche 6 mai, nous partons de bonne heure pour visiter le marché de Tarabuco à 1h30 de route de Sucre. Depuis plus de 9 mois que nous sommes partis, je n’ai craqué pour aucun souvenir … Alors, tant pis, c’est ici que je fais quelques emplettes : veste, trousse, chaussures et enfin un pantalon ! Un colis est parti dès le lendemain pour la France (j’espère qu’il arrivera entier !).

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

    On rentre vers 15h (21h heure française) et on se précipite dans notre petit café préféré avec WIFI pour avoir les résultats de l’élection présidentielle.

    Depuis quelques jours, le climat social bolivien est très tendu et quand un bolivien fait grève, c’est blocus complet ! Donc ce qui devait arriver arriva et nous sommes bloqués pour au moins 2 jours à Sucre. On profite de la journée de lundi et mardi, pour nous promener un peu plus dans cette ville agréable.

    Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

    Mardi soir, nous pouvons enfin prendre le bus direction La Paz. Nous embarquons vers 20h dans un bus cama (entre le siège assis et la couchette : plutôt sympa) et nous retournons à Potosi, étape obligatoire sur la route de La Paz. Vers minuit, le bus s’arrête peu après la gare routière de Potosi au milieu de la campagne. Dans un demi-sommeil, nous nous apercevons vers 2h30 que ça fait un moment qu’on ne bouge plus mais aucune info ! En sortant sur la route, on se rend compte qu’on est bloqué par des manifestants et que le chauffeur n’est plus là. A 6h30, le bus redémarre et nous redépose au terminal de Potosi. Aucune information en direct ! Nous avons dû glaner les infos par nous-même mais personne ne savait rien … Le prochain qui se plaint du manque d’infos de la SNCF, je l’envoie en Bolivie ;)

    Julien et Hugo partent à 7h en éclaireurs pour voir ce qu’il y a derrière le barrage. Quand ils reviennent, ils nous annoncent qu’il y a des bus en partance pour La Paz de l’autre côté. Nous partons donc avec nos gros sacs pour 30 minutes de marche à travers les Boliviens très surpris de voir 8 «gringos» à cet endroit (nous étions accompagnés d’Antonin & Marie, 2 français que nous croisons depuis San Pedro).

    Nous grimpons enfin vers 10h30 dans un bus pour La Paz. Pendant toute la durée du trajet, nous croisons les doigts pour ne pas être à nouveau bloqués à l’entrée de la ville ; heureusement tout se passe bien. C’est à 20h, après 24h de voyage, que nous arrivons épuisés dans la plus grande ville bolivienne !!

    Jeudi 10 mai, nous nous promenons tranquillement dans le centre de La Paz. Nous en profitons pour aller payer nos 2 expéditions en Amazonie et visiter le musée de la coca. Nous réservons également une rando VTT (pour Sylvain et les copains) pour le lendemain.

     Potosi, Sucre, La Paz : 3 villes de caractère

    Bisous à tous (un autre article suit très vite)

    « 36 heures à TupizaJanine au Chili et en Argentine »

  • Commentaires

    1
    Bolduc Mauve
    Lundi 14 Mai 2012 à 08:44

    ce sont des fringues en Alpaga que tu as acheté Cécile ?


    ça me fait penser au bouquin "Gringoland" vos galères de blocus routier ; je vous passerais le livre à votre retour si vous voulez.

    2
    tourmalin Profil de tourmalin
    Lundi 14 Mai 2012 à 15:50

    Non, du pur synthétique local ;) OK pour le bouquin, c'est noté ! bises

    3
    Imotep
    Lundi 14 Mai 2012 à 19:09

    Quel voyage ce passage en Bolivie!!! Il va vous falloir quelques semaines pour vous réadapter au retour!!!

    Merci pour ce partage, j'ai adoré!

    4
    Mardi 15 Mai 2012 à 19:21

    Ce coup-ci chapeau bas, vous n'avez pas lésiné sur la prose. On s'y croirait.
    Merci pour ce super-article, j'ai adoré faire ce bout de chemin avec vous.

    PS: si vous continuez à rejoindre d'autres français, vous allez pouvoir acheter directement un bus

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :